• Plutôt responsables que victimes : la volonté d'agir et de changer
Menu du haut
  • Plutôt responsables que victimes :
    la volonté d'agir et de changer
  • PierreAchard.fr : un blog pour apprendre et encourager le partage

Parce que nos parents et nos appuis ne sont pas éternels, nous avons besoin d’une figure protectrice qui soit toujours là et qui nous protège. De préférence une présence rassurante et paternelle à qui nous pouvons confier nos peines même si d’aucun d’entre nous ne s’attend à une réponse directe de sa part. Nous avons besoin d’un mythe à qui parler et qui de temps en temps parle à certains d’entre nous. Curieusement, quand il leur parle c’est toujours dans un tête-à-tête sans témoins. N’empêche qu’il continue depuis des siècles à entretenir les mystères les plus invraisemblables. Moins c’est clair…

Le combat que mènerait la science contre les croyances religieuses n’a plus aucun sens de nos jours. Entre une force dynamique d’un côté et des convictions figées et irrationnelles de l’autre, l’écart ne peut que se creuser et s’élargir. Grâce aux progrès scientifiques, les mystères d’hier deviennent de plus en plus accessibles.  Nombreuses explications surnaturelles du passé retrouvent de nos jours une explication plausible.  D’autres suivront au fur et à mesure de l’évolution de nos connaissances. Par son apport en perpétuel progression, la science occupera de plus en plus, une position dominante qui a toutes les chances de durer. Cela…

On attend d’une unité de recherche de préparer de nouveaux produits. Dans le même temps, les responsables marketing vont mettre ces produits sur le marché  pour générer un chiffre d’affaire suffisant et maintenir l’activité des différentes composantes de l’entreprise. L’idéal serait de programmer la mise au point et le lancement des nouveaux produits pour que le chiffre d’affaire de l’entreprise maintienne son rythme de croissance. Le cycle de vie classique d’un produit, d’un concept ou d’un service montre trois phases : la croissance ;la stagnation et la décroissance. Ce cycle est inéluctable. Il conduit à chercher à produire continuellement de nouveaux produits.…

« Dans notre entreprise, tout le monde fait de la veille ». Une mystérieuse épidémie de recherche de l’information s’est emparée de tous. Chacun dans son coin, chacun pour soi, pour son unité et le plus souvent sans trop savoir ce que recherche le voisin. Tout le monde fait de la veille sans axe prioritaire de surveillance en rapport direct avec les préoccupations de l’entreprise. L’essentiel est de produire de l’information même si l’on reste persuadé qu’elle ne sera jamais lue. En réalité chacun fait son travail bibliographique en rapport avec ses responsabilités et répond en cela à ses propres objectifs tout…

La maladie serait l’œuvre du diable. Dieu y recourt pour  sanctionner la transgression de sa volonté. Tout se passe comme si le péché était l’agent vecteur qui s’attaque à tous ceux qui se détournent de Dieu. On retrouve dans ces interprétations des croyances anciennes liant par exemple,  la maladie mentale à la possession du démon. La maladie  résulterait de la perte de l’immunité de ceux qui refusent Dieu. C’est en quelque sorte une colère déguisée qui s’abat sur les infidèles. Jadis le déluge faisait l’affaire ; de nos jours ce mode d’extermination semblerait exceptionnel et serait substitué par la maladie. Ceux…

Le coaching classique recourt à l’écoute active, la Programmation Neurolinguistique ou PNL, l’Analyse Transactionnelle ou AT, l’Approche Systémique et les  techniques  Comportementales et Cognitives ; pour ne citer que les principales approches. Chaque coach a recours à la méthode qu’il maîtrise. Parfois plusieurs d’entre elles sont regroupées dans le but d’apporter le maximum à la personne accompagnée. Les coachs exploitent ainsi leurs connaissances en sciences humaines. Ils adaptent des recettes retrouvées dans différents ouvrages de développement personnel. Ils y apportent  leurs propres expériences. A cela s'ajoute leur vécu en entreprise et leur expérience managériale. Plus globalement on retrouve en arrière- plan : la…

La résolution du problème se prolonge obligatoirement par la phase  dite d’implémentation c’est-à dire  de mise en place, d’exécution et d’application  de  la solution retenue. Pour y parvenir, il faut que votre réponse apporte une solution pragmatique  à la question posée. L’adéquation entre la question, la réponse apportée et la mise en place des solutions retenues ne peut se faire sans la compréhension totale du problème à traiter. Cet impératif permet de délimiter le champ couvert par la question. Il évite ainsi toute dispersion et tout amalgame avec d’autres sujets moins prioritaires. Il est déjà tourné vers l’action puisque la mise…

Qui est Léa Salamé et qu’est-ce qui justifie ses arrogances répétées et ses commentaires psycho-délirants qui font pitié. Terminer des émissions aussi sérieuses qu’un débat sur l’avenir de la France par une conclusion aussi stupide que pas drôle, est affligeant. Sans parler de ses collaborateurs d’une incompétence largement en deçà des attentes.  Avec ça l’on fait une émission et ce qui fait l’audience, ce n’est pas les pièges tendus aux invités ni les analyses économiques du niveau du CP mais bien les hommes et les femmes politiques obligés d’emprunter certaines voies pour se faire entendre. De médiocrité en médiocrité, nos…

Si la conviction « déplace des montagnes », en voici un exemple publié à la fin des années soixante et largement repris et analysé par de nombreux auteurs. Dans Pygmalion in the Class room : Robert Rosenthal décrit l’expérience désormais classique montrant à quel point la conviction et la confiance sécurisante peuvent avoir un effet miraculeux sur les élèves. A la fin des années 60, à San Francisco, le proviseur d’un collège convoque trois enseignants dans son bureau. « Messieurs, leur dit il, cela fait un moment que nous vous observons et nous sommes arrivés à la conclusion que vous étiez les trois meilleurs professeurs de cet établissement. A cet effet,…

Mon histoire a commencé par un miracle. Je suis le seul survivant des 8 millions de spermatozoïdes émis par mon père au moment de la fécondation. Je suis le seul à avoir trouvé la voie en direction de l’ovule de ma mère et cela m’a permis d’exister. Une chance inouïe que beaucoup se refusent à reconnaître. C’était encore plus compliqué que de gagner au loto. L’enjeu était de taille : s’ouvrir à la vie ; initier avec fierté le mixage génétique de mes parents et renforcer sans le savoir la fonctionnalité et les moyens de défense de l’ensemble de l’espèce à laquelle…

Close