• Plutôt responsables que victimes : la volonté d'agir et de changer
Menu du haut
  • Plutôt responsables que victimes :
    la volonté d'agir et de changer
  • PierreAchard.fr : un blog pour apprendre et encourager le partage

La « communication sécurisante » est celle qui se développe entre personnes partageant les mêmes opinions et qui finissent par devenir  critiques à l’égard des idées qu’elles ne  partagent pas.

Ceux qui pensent la même chose se retrouvent entre eux et approfondissent leurs points d’accords oubliant l’existence même d’autres hypothèses de travail. L’a priori trouve alors un terrain favorable à son développement.

La communication est sans risque puisqu’elle se fait entre partenaires acquis à la même cause. Rapidement un niveau de saturation est atteint. Une forme de consanguinité intellectuelle prend le dessus. Le groupe cesse alors d’innover.

La « communication en cercle fermé » rend imperméable à tout échange et devient source d’appauvrissement collectif. Les efforts pour mettre en place un système de brainstorming n’a aucune chance d’aboutir car les participants, tous membres du même cercle  s’exprimeront d’une même voix sans la moindre diversité positive.Seules les idées « conformes » franchissent la porte de cette enceinte bien fermée pour régaler ceux qui ont perdu l’habitude de regarder ce qui se passe autour d’eux. Malheureusement, trop de conformité finit par influer sur la performance de l’équipe et la ralentir.

Tout acteur interne à l’entreprise qui a le souci de rester en phase avec son environnement doit ouvrir le débat pour ne pas évoluer en cercle fermé. Son enfermement retentit tôt ou tard sur sa performance. Il y va aussi de sa crédibilité.

Dans un entretien avec l’ex-coordinateur de la lutte antiterroriste à la Maison Blanche, Cécile Chambraud (Le Monde, Dossiers et Documents, N°333, juillet août 2004) rapporte : « Il y avait entre eux un phénomène de groupe, une obsession partagée. Ils se renforçaient mutuellement dans l’idée qu’ils avaient raison. Si d’autres experts proposaient une autre opinion, ils la rejetaient. C’est de l’arrogance ».

L’importance d’une bonne cohésion entre les membres d’une équipe est une réalité qui n’échappe à personne. La performance croît au fur et à mesure que ses membres deviennent de plus en plus solidaires. Au-delà d’un seuil, la performance atteint un maximum et amorce sa décroissance. La dynamique du groupe s’essouffle faute de se diversifier. Si rien n’est fait, l’excès de conformité transforme la performance en routine, la courbe se ralentit puis bascule.

 

Pierre Achard

Et si vous donniez votre avis ?

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Close