• Plutôt responsables que victimes : la volonté d'agir et de changer
Menu du haut
  • Plutôt responsables que victimes :
    la volonté d'agir et de changer
  • PierreAchard.fr : un blog pour apprendre et encourager le partage

La douleur définit des sensations désagréables perçues en réponse à un ou plusieurs facteurs qui les déclenchent. La douleur est physique lorsqu’elle répond à une lésion détectable qu’elle soit visible à l’œil nu ou révélée par nos moyens modernes d’exploration.

Lorsque les lésions s’attaquent au système nerveux chargé de véhiculer les sensations douloureuses, les manifestations désagréables prennent des formes d’expression différentes mais elles sont toujours là.

Enfin,lorsqu’aucune cause n’est détectée, l’étiquette de douleur
psychique nous colle à la peau  et nous aurons beaucoup à faire pour nous en débarrasser.

Lorsqu’elle persiste au-delà de six mois, tous les auteurs s’accordent alors à parler d’une douleur chronique. Le décès  d’un proche s’accompagne d’une phase plus ou moins longue de chagrin et de désorientation. La chronicité s’empare de l’évènement douloureux mais le tout garde de fortes chances de s’amenuiser avec le temps

Récapitulons
1- Une douleur peut se déclencher et disparaître en moins de trois mois. Elle sera dite aigue
2- Lorsqu’elle se prolonge au-delà de six mois elle est dite chronique.

Mais que faut-il dire d’une douleur qui commence et se poursuit tout au long de la vie?  Nous ne sommes plus dans la chronicité. Peut-être que la notion de douleur permanente doive être ajoutée à la liste oh combien classique de la classification des douleurs.

C’est le cas pour les parents d’enfants handicapés. Leur douleur est là pour durer. Avec des variations dans son expressivité certes mais elle se situe dans la durée voire dans la permanence. Elle va même se diversifier et ‘enrichir d’une grande anxiété.

Dans le cadre du handicap, plus l’enfant grandit plus les parents s’interrogent sur son devenir à terme et surtout ce qui l’attend après leur propre disparition. Cette interrogation est d’autant plus désagréable qu’elle porte en elles de nombreuses inconnues.

Aucun professionnel ne saurait vous dire exactement ce qu’il adviendra de votre enfant. Les phrases se suivent en maintenant l’incertitude tout simplement parce que personne ne le sait.

Dr Pierre Achard

Et si vous donniez votre avis ?

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Close