• Plutôt responsables que victimes : la volonté d'agir et de changer
Menu du haut
  • Plutôt responsables que victimes :
    la volonté d'agir et de changer
  • PierreAchard.fr : un blog pour apprendre et encourager le partage

Pour bien comprendre le cycle de maturation allant de la dépendance, à l’indépendance puis à l’interdépendance, nous prendrons volontiers l’exemple de la maturation de l’enfant dans son milieu naturel.L’enfant a besoin de parents pour l’accompagner dans sa croissance. Sa dépendance est en début de vie, à la fois besoin de survie et impératif de progression. A l’adolescence, l’intensité de la remise en cause personnelle va de pair avec la révision des idées admises, et obligatoirement la critique de ceux qui leur ont inculqué ces concepts, c’est à dire les parents. La dépendance cesse d’exister officiellement. Nous entrons dans l’indépendance de ceux qui se situent justement entre l’enfance et l’âge adulte.. Progressivement l’adolescent sort de l’indépendance et entre dans l’interdépendance, synonyme de maturité adulte.

Dépendance   ….…………….      Indépendance    ………………  Interdépendance

Dans le milieu professionnel : A quoi peut bien ressembler la dépendance ? A un environnement cloisonné, hiérarchisé, pyramidal, où l’individu est écrasé sous le poids des contraintes et de la menace qu’elles font peser sur son avenir. Rien d’étonnant que son mode d’échange préféré soit réduit au strict minimum.  « Je fais ce qu’on me demande de faire », « je ne fais que ça », tout simplement parce que « je ne veux pas prendre de risques ». « Mon patron lui-même fait ce qu’on lui demande de faire » et cela ne va pas plus loin. Dans une cascade d’initiatives avortées, l’information ne circule pas. Le partage est presque inexistant et a du mal à trouver son chemin à travers des circuits préétablis, sélectifs, privilégiant les uns aux dépends des autres. retour. Les salariés sont là pour « exécuter », ce que les « autres » auront décidé à leurs places.

Dans le milieu professionnel : A  quoi peut ressembler l’indépendance ? Le caractère « indépendant » du comportement se réfère à une attitude individualiste où l’intérêt personnel est prioritaire. « Je fais ce que je veux ou plutôt ce que je peux arriver à faire sans irriter ma hiérarchie ou mon entourage » dans une indifférence  totale par rapport aux aspirations de l’équipe à laquelle j’appartiens. Pour ce qui est de l’information,  « je véhiculece que je veux, quand je le souhaite et de surcroît, l’information atterrit là où je veux ». Par rapport à mon attitude, les autres affichent une indifférence qui ne fait que renforcer le hiatus entre nos deux préoccupations. L’indépendance définit un mode de communication centré sur soi.  Elle prolonge  l’indifférence par rapport aux autres

Dans le milieu professionnel : L’interdépendance s’apparente volontiers à l’échange, la réciprocité, la complémentarité entre des personnes affranchies, valorisées et décidées à aller de l’avant. L’interdépendance suppose une maturité individuelle qui permet l’échange. Elle permet l’exploitation des compétences et la polyvalence des membres du réseau. L’interdépendance ouvre la voie au travail en réseau. Elle rassemble, met en commun et s’inscrit dans une logique de performance d’équipe.

L’interdépendance est le fruit de la maturation personnelle. Elle marque l’entrée dans le monde  adulte

Pierre Achard

Dr P. Achard Médecine comportementale. Conseil et formation. Coaching. M : 0603083406

 

Et si vous donniez votre avis ?

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Close