• Plutôt responsables que victimes : la volonté d'agir et de changer
Menu du haut
  • Plutôt responsables que victimes :
    la volonté d'agir et de changer
  • PierreAchard.fr : un blog pour apprendre et encourager le partage

Dans mon ouvrage, « Le changement sans perte d’authenticité, »  j’ai insisté sur la nécessité de rester en phase avec ce qui change autour de nous par une adaptation permanente tournée vers l’avenir.  Dans le même temps, celle-ci ne doit pas se faire aux dépens de notre propre équilibre mais dans le respect de notre  originalité et notre authenticité.

Or si le changement  porte en lui de la complexité, de l’instabilité et de l’incertitude, il est aussi facteur de dispersion. La tentation est grande de se lancer sans conviction sur des voies alternes qui  nous éloignent de notre objectif prioritaire. De ce fait, nous devenons plus vulnérables.

A force de craindre l’imprévisible et de nous battre pour aplanir toutes les difficultés susceptibles de se présenter à nous, nous dispersons nos efforts. La course aux nouvelles opportunités  finit par nous affaiblir.  L’ambiguïté s’installe et altère nos réussites. Nous perdons confiance en nous et nous allons droit dans le mur. Il faut réagir.

Notre réussite est sans arrêt remise en question et le doute s’installe. Tant que nos objectifs sont atteints, nous sommes reconnus et appréciés. Il suffit d’une faille et nous sommes déstabilisés.  Nos hésitations se succèdent. Les scénarios catastrophes se mettent en place. Nous  perdions en crédibilité. Nous n’avons plus confiance en nous.

Nous devons nous battre pour maintenir  la séparation de  la personne de ses résultats. Nous ne  devons pas accepter d’être réduit à nos réalisations car au-delà, nous avons notre valeur intrinsèque et celle-ci n’a rien à voir avec nos réalisations. Après tout,  nous sommes au départ de l’action et le résultat c’est bien nous qui l’avons obtenu.

La réussite annonce l’échec lorsqu’elle se prolonge d’une recherche immodérée du « toujours plus ». Commence alors  une cascade infernale qui conduit à la dispersion de nos efforts et probablement à l’échec.

Le traitement dans ces conditions doit s’attaquer directement à la cause.

  1. Maintenir le cap de nos priorités.
  2. Ne pas s’engager dans de nouvelles aventures avant de terminer celles en cours
  3. S’imposer la rigueur dans la définition de nos objectifs de vie. Nous évitons ainsi tout emballement dans nos engagements. Cela revient à séparer  l’essentiel du       superflu  dans le respect de nos priorités et de nos intérêts.
  4. Se souvenir que toute activité gagne en importance à nos yeux du moment que nous l’exerçons. Plus nous nous dispersons, et plus nous aurons du mal à nous séparer du superflu qui nous éparpille.

L’antidote de l’échec serait alors, un mélange de discipline, d’ouverture et de rigueur pour échapper à la dispersion.

Pierre Achard                                                                                                                         Formation. Conseil. Coaching

 

 

 

Et si vous donniez votre avis ?

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Close