• Plutôt responsables que victimes : la volonté d'agir et de changer
Menu du haut
  • Plutôt responsables que victimes :
    la volonté d'agir et de changer
  • PierreAchard.fr : un blog pour apprendre et encourager le partage

En recherchant des synonymes de l’adjectif « étonné », les  différents dictionnaires rappellent qu’étonné peut être remplacé par, ébranlé, surpris, troublé, stupéfait, soufflé, abasourdi, effaré, et bien d’autres. Tous ces adjectifs  ont un point commun évident, celui de ne pas laisser indifférente la personne qui s’étonne.

Lorsqu’un personnage ou un événement troublent l’ordre établi, qu’ils bouleversent ce que l’on a l’habitude de voir et nous surprennent, ils ne passent pas inaperçus et nous étonnent.

Parce qu’un objet capte notre attention, nous en parlons autour de nous et par là, nous prolongeons l’émotion ressentie lors du premier contact avec l’objet de notre étonnement. Dans un deuxième temps, « l’étonnant » est analysé, positionné dans notre vision globale de notre environnement et nous l’extrapolons pour définir les conséquences sur notre marché, nos produits et nos consommateurs d’une hypothétique généralisation de ce phénomène «jugé étonnant ».

Enfin, rappelons au passage que l’étonnant nous impose de rester vigilant car à tout moment il peut se révéler être une opportunité à saisir et à saisir vite, c’est à dire avant la concurrence.

De ce qui précède nous pouvons définir le rapport d’étonnement comme un ordre de mission permanente destinée à observer, à suivre puis à relater tout fait surprenant, nouveau, avec la volonté d’analyser et d’anticiper son éventuel retentissement sur nos clients, et notre marché. Quand nous disons « ordre de mission », nous ne pensons pas à des consignes exclusivement hiérarchiques où le salarié est tenu de s’étonner pour obéir à un ordre précis ou rapporter s’être étonné à la demande et sans y avoir mis à contribution ses instincts, son sens de l’autre et sa connaissance réelle de son environnement.

L’idéal serait à notre avis une observation doublée d’une vigilance permanente qui s’exprime lorsque « l’étonnant » est là. Le but étant bien évidemment de  l’annoncer, de l’analyser, de le partager, de l’exploiter, et de le  transformer en avantage concurrentiel.

Pierre Achard

 

 

Et si vous donniez votre avis ?

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Close