• Plutôt responsables que victimes : la volonté d'agir et de changer
Menu du haut
  • Plutôt responsables que victimes :
    la volonté d'agir et de changer
  • PierreAchard.fr : un blog pour apprendre et encourager le partage

L’objectif affiché des islamistes est de restaurer le califat ; c’est à dire le pays d’Allah. Un ilot universel sans frontières qui englobe les croyants de tous bords. Cette « Oumma », enfin rassemblée aurait abandonné toute liberté dans une soumission sans faille aux lois de Dieu. Révélées il y a plusieurs siècles, celles-ci sont immuables. Elles ne peuvent ni évoluer, ni s’adapter et encore moins changer. L’humanité ferait le choix de la stagnation.

Le pays d’Allah serait alors gouverné selon la charia. Ses dirigeants ne seront pas élus, mais nommés en fonction de leur piété et l’intensité de leur soumission à Dieu. Ils ne pourront pas choisir leur politique en fonction des défis qui se présentent à eux ni de l’avancement technologique. Ils sont là pour  légiférer impitoyablement en  référence à la « loi divine ». L’humanité tournerait le dos à tout ce qui lui a permis d’évoluer, à savoir,  le doute, la raison, l’expérimentation en dehors de toute pression idéologique.

Les incroyants n’ont qu’à bien se tenir ou plus exactement à se soumettre. Dans ce cas, ils passeraient du statut peu enviable de « kouffar » à celui de croyants. Attention, le retour en arrière leur est interdit. On ne renonce pas impunément à la foi musulmane.  L’apostasie a pour corollaire, la mort de celui qui la revendique.

Quant aux impies, ceux  qui refuseraient de se soumettre à Allah et à son prophète leur sort n’est pas à envier. Ils seront chassés sans pitié.  Rappelons pour mémoire, que dans l’islam, la guerre sainte est une prescription religieuse! 

Il n’y a pas deux entités : islam et islamisme. Il y a une seule religion englobant deux volets inséparables : un volet religieux et un volet politico-social. Ce dernier  impose un code juridique d’origine divine auquel l’humanité doit se soumettre. La charia, est la Loi islamique. Elle décrit les modalités du mariage, les droits de succession, la décapitation en  cas de meurtre,  l’amputation des mains en cas de vol, la lapidation  de l’adultère, la mort en cas d’apostasie ou d’homosexualité, ce qu’il est permis de manger ou de rejeter, combien de fois il faut prier par jour, les modalités du jeûne annuel, le pèlerinage,  comment s’habiller, ce qui est autorisé et ce qui ne l’est pas  etc. L’humanité tournerait alors  le dos au droit et à l’égalité entre les peuples pour privilégier les croyants aux dépens des autres.

En mettant dans un verre,  de l’eau et de l’huile, l’huile flotte parce qu’elle est moins dense que l’eau. Nous avons beau secouer le verre dans tous les sens, l’huile ne se mélangera pas à l’eau. C’est tout simplement une question de densité. Si rien de significatif n’est fait pour harmoniser la densité des liquides en présence, ils resteront non miscibles.

Un islam exclusivement religieux et amputé de sa composante socio-politique le mettrait à égalité avec les autres religions et le rendrait plus personnel et moins envahissant. Il faciliterait le mieux vivre ensemble dans nos sociétés. Chacun agirait en fonction de ses croyances sans pour autant se croire obligé de l’étaler au grand jour ou de l’imposer aux autres. L’égalité des croyants et des non-croyants relève du droit et non des prescriptions religieuses. La démocratie passe obligatoirement par la séparation de l’Eglise et de l’Etat.

Tout en reconnaissant à chacun la liberté de croire ou de ne pas croire, nous ne pouvons pas ignorer le caractère immiscible d’une religion politico-spirituelle ,  avec la démocratie et la laïcité. Le volet religieux doit rester dans les cœurs des croyants. Quant aux lois qui définissent notre vie au quotidien , elles seront  régies par les hommes dans le respect du droit et en phase avec les changements qui s’opèrent autour de nous. A défaut, la société se condamne à l’implosion.

Pierre Achard

 

Et si vous donniez votre avis ?

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Close