• Plutôt responsables que victimes : la volonté d'agir et de changer
Menu du haut
  • Plutôt responsables que victimes :
    la volonté d'agir et de changer
  • PierreAchard.fr : un blog pour apprendre et encourager le partage

Deux idées se retrouvent dans la plupart des ouvrages consacrés à la théorie du chaos. La première rappelle  le caractère inéluctable des réformes. Elle affirme  qu’à partir du moment où l’inadaptation au rythme extérieur du changement  atteint un paroxysme,  la décision de changer ne doit plus attendre ; elle devient obligatoire. La deuxième idée veut que la décision à prendre  en phase critique se réduit à un choix de sortie du chaos pour un nouvel ordre encore plus complexe que celui qui l’a précédé. Une décision difficile à prendre et à expliquer ; pourtant elle est fondamentale. A défaut, on assiste à la prolongation du déséquilibre et l’éclatement du système.

Pour illustrer la transition entre le chaos et le nouvel ordre qui s’en suit, l’analogie avec le phénomène de l’ébullition est souvent proposée.  En effet, dans un milieu où la pression est constante, l’eau que l’on chauffe, finit par se transformer en vapeur. Cette évolution  lui permet de retrouver un nouvel équilibre après une phase  de vive effervescence et d’agitation violente induites par la chaleur. L’ébullition définit ce passage de l’état liquide à l’état vapeur.

Il y a ainsi et  successivement, transmission de l’énergie, rupture de l’état d’équilibre, extrême turbulence, point de non-retour et finalement changement de l’état liquide à l’état vapeur avec un  nouvel équilibre retrouvé.

Aujourd’hui, l’islam d’Europe fait face à de nombreuses critiques. Certaines sont fondées, d’autres le sont moins. Jusqu’à ce jour, la parade idéale était de culpabiliser les critiques en parlant d’une phobie de l’islam. Ce terme est inadéquat car dans  une phobie, la peur n’est pas justifiée. Ce n’est pas le cas lorsqu’il s’agit d’évaluer certains versets du texte sacré de l’islam. La peur qu’engendre l’accumulation d’actes de violences a également autorisé de nouvelles parades. Cette fois-ci on introduit le terme islamisme pour dédouaner l’islam de toute composante politique ou violente. Il y aurait d’un côté, l’islam  religion paisible et tolérante, et  de l’autre l’islamisme  qui serait une expression extrémiste maladive de l’islam. Cette distinction est de plus en plus arbitraire et ne saurait à elle seule calmer l’inquiétude des « maudits », des « égarés » et l’ensemble des « mécréants ».

Toutes ces remises en question agissent comme une source d’énergie qui va provoquer une réorganisation des molécules d’eau à son contact. Nous atteignons en Europe, le point de  rupture de l’état d’équilibre initial. Les molécules poursuivent leur désorganisation tant qu’elles sont en contact avec la source  d’énergie. Comme  l’islam d’Europe restera soumis à des critiques auxquelles il doit répondre, il ne peut plus se réfugier derrière une distinction sémantique artificielle mais en s’adaptant aux contraintes rationnelles qu’imposent la culture des pays d’accueil. Il y va du vivre ensemble au sein de nos sociétés et de la complémentarité des cultures adaptatives.

Nous arrivons progressivement au point de non-retour, une bifurcation dans le processus décisionnel. Un choix est à faire.  Les réformes permettront de retrouver l’équilibre rompu.

L’éclatement de l’empire soviétique est un exemple récent des transformations radicales imposées par une situation chaotique née des vagues successives de fluctuations massives entre la bureaucratie en place et l’émulation apportée par les forces démocratiques en « ébullition ».                                                                                         Entre la rupture ou l’ordre nouveau l’ex-empire soviétique n’avait vraiment pas l’embarras du choix.

Pierre Achard                                                                                                                  Vous aider à changer

Et si vous donniez votre avis ?

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Close