• Plutôt responsables que victimes : la volonté d'agir et de changer
Menu du haut
  • Plutôt responsables que victimes :
    la volonté d'agir et de changer
  • PierreAchard.fr : un blog pour apprendre et encourager le partage

S’occuper d’un jeune autiste n’est pas simple. Cela suppose une vigilance permanente et une attention particulière pour éviter les accidents, faire face aux débordements inattendus  et autant que possible, anticiper et gérer certains troubles du comportement. En d’autres termes, la prise en charge d’un jeune autiste n’est  pas de tout repos. Il est donc tout à fait classique voire légitime que les parents se plaignent de fatigue, voire d’une tension qui va crescendo et qui les épuise.

Aux donneurs de conseils, les parents ne peuvent s’empêcher d’esquisser un sourire.L’intention est certes sincère; mais les propos sont souvent très éloignés de la réalité. Ceux qui veulent donner des instructions aux parents feraient mieux de passer un après-midi avec la personne autiste. Leur vision ne sera plus la même. La théorie est belle à rédiger et à partager.La pratique est plus utile à ceux qui en ont le plus besoin.

La responsabilité des parents, les charges qui pèsent sur eux, leurs désirs de permettre à leur enfant de s’épanouir dans les meilleures conditions expliquent la difficulté des tâches à accomplir. Ce n’est pas pour autant une raison suffisante pour obliger la fratrie à stopper toute activité pour s’occuper de leur frère et sœur handicapés.                                                                                                                                                                                       –  Oui pour un coup de main occasionnel.                                                                                                                                 –  Non, lorsqu’il s’agit d’une durée longue qui les prive de faire ce qu’ils aiment.                                                            –   Ils ne sont pas là pour compenser ce qui relève de l’état de fatigue des parents.

Cette règle est importante à appliquer car ce qui est complexe aux yeux des parents, l’est également pour la fratrie et un accident est vite arrivé. En cas de refus des enfants de s’occuper de leur frère ou sœur en difficulté, les parents doivent s’abstenir de tout commentaire désobligeant et culpabilisant.

1- « Tu aurais bien pu être à sa place » est un reproche inutile et mal placé. Il ajoute de la culpabilité à la complexité des situations familiales. Ce n’est pas en déstabilisant la fratrie qu’on réussit le mieux à les rapprocher de leurs frères ou sœurs qui en auraient le plus besoin.                                                                                   2- « S’il était à ta place, il n’aurait pas refusé de rester avec toi ». Encore un reproche inutile et nocif. Comme si l’extrapolation nous était permise. Peut-on récolter l’amour et l’équilibre en déstabilisant l’entourage de la personne autiste ?

Les hypothèses basées sur des invraisemblances et se terminant par des conclusions injustes voire par moments cruelles ne conduisent à rien de bien positif. Elles peuvent faire très mal à celui ou celle qui les reçoit en pleine figure.

Pierre Achard                                                                                                                          Vous aider à changer

Et si vous donniez votre avis ?

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Close