• Plutôt responsables que victimes : la volonté d'agir et de changer
Menu du haut
  • Plutôt responsables que victimes :
    la volonté d'agir et de changer
  • PierreAchard.fr : un blog pour apprendre et encourager le partage
  1. L’intelligence économique n’est pas un concept abstrait. Elle doit trouver des applications immédiates, au service des entreprises.
  2. Les veilleurs assurant plusieurs tâches dans l’entreprise seront moins efficaces que ceux qui y consacrent l’entièreté de leurs efforts
  3. Les dirigeants qui s’interrogent inlassablement sur le coût et la rentabilité de leur système de veille font partie d’un passé révolu. Fini le temps des évolutions parallèles et des interrogations sur la rentabilité du système à mettre en place
  4. L’intelligence économique permet de se défendre pour ne pas se laisser surprendre par un adversaire réel ou potentiel. Il y va de la survie de l’entreprise
  5. La veille offensive fait son apparition. Il faut désormais acquérir la capacité d’infliger des coups à l’adversaire, « saisir les opportunités », et le surprendre.
  6. Il faut avoir en permanence le souci de l’assimilation interne de l’intelligence économique. Comment ? En lui apportant une dimension plus active et en la positionnant en permanence dans la recherche de réponses aux préoccupations des décideurs.
  7. Veiller pour veiller : non. Veiller pour faciliter la prise de décision : oui.
  8. Pour être intégrée, l’intelligence économique doit répondre aux préoccupations du moment, qu’elles soient exprimées ou non, dès lors qu’elles sont récurrentes et apportent une contribution significative aux prises de décisions.
  9. Nous sortons d’un monde « cloisonné » pour nous retrouver intégrés de gré ou de force au sein d’un réseau économique de plus en plus large. Cet élargissement du champ d’activité impose au veilleur un regard innovant et non stéréotypé sur les évènements qu’il relate. L’environnement de ce fait s’agrandit. Veiller pour signaler les menaces : oui. Veiller pour signaler les opportunités : oui
  10. Le « bottom line driven veille» ou la « veille performance » trouve sa voie au cœur de l’entreprise. Voilà pourquoi l’intelligence économique garde une place privilégiée dans l’entreprise d’aujourd’hui et de demain.

Pierre Achard

Et si vous donniez votre avis ?

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Close