• Plutôt responsables que victimes : la volonté d'agir et de changer
Menu du haut
  • Plutôt responsables que victimes :
    la volonté d'agir et de changer
  • PierreAchard.fr : un blog pour apprendre et encourager le partage

Sans prise de risque aucune action n’est envisageable car l’erreur fait partie intégrante de notre implication et de notre initiative. Sans cette prise de conscience, nous restons dans un statu quo regrettable et nous regardons passer la vie devant nos yeux en nous lamentant. Mais nous ne sommes pas seuls responsables.

Notre milieu porte également une grande part de responsabilité dans notre capacité à agir. Pourquoi ? Tout simplement parce que sa tolérance à l’erreur détermine en grande partie notre attitude par rapport à la prise d’initiative et la gestion du risque.

1.  Si nous entendons sans arrêt autour de nous que l’erreur   sera sévèrement punie,  serions-nous encouragés à  agir ? Non, car la sanction rend la tâche encore plus difficile et n’incite pas à l’aventure.

2.  Un salarié « impliqué » prend des initiatives pour se rapprocher autant que possible de ses objectifs. Si le milieu dans lequel il exerce son activité est sévère à l’égard de ceux qui « osent prendre des risques » ; il n’aura aucune incitation à progresser et à avancer.

3.  Inversement, si l’ambiance ouverte et entrepreneuriale l’incite à optimiser au mieux ses talents en acceptant un niveau d’incertitude qui ne mette pas l’entreprise en danger, la réussite est plus probable et les résultats s’en ressentiront.

On raconte qu’après avoir bien analysé les enjeux,  un salarié décide d’agir en toute bonne conscience. Malheureusement son initiative ne lui apporte pas les résultats attendus. L’entreprise perd une petite somme d’argent. Il est convoqué par son directeur et il s’attend bien entendu à se voir démis de ses fonctions. Pensez-vous ;  lui répond son patron. L’entreprise vient d’investir une petite fortune pour vous former. Vous aurez appris. Nous aussi. Faisons mieux la prochaine fois.

A chacun d’intégrer l’erreur en tant que composante inéluctable de toute innovation. La question n’est pas de savoir s’il faut prendre des risques mais comment le faire sans remettre en jeu l’entièreté de l’édifice ;  sans risques, pas de créativité.

Pierre Achard                                                                                                                                                                               Vous aider à changer

Et si vous donniez votre avis ?

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Close