• Plutôt responsables que victimes : la volonté d'agir et de changer
Menu du haut
  • Plutôt responsables que victimes :
    la volonté d'agir et de changer
  • PierreAchard.fr : un blog pour apprendre et encourager le partage

Nous écoutons à longueur de journée nos femmes se plaindre d’avoir des partenaires particulièrement silencieux. Le même scénario se répète et n’étonne plus personne. Il  sort prendre l’air, laissant sa campagne en proie à la frustration. Il y aurait selon elle,  un déficit évident en communication.  Un jugement considéré excessif par son partenaire qui dit n’avoir rien à se reprocher sur ce point particulier.

« Il ne fait jamais part de ses sentiments. Il se contente d’écouter ou de faire semblant de suivre les révélations émotionnelles de sa campagne. C’est absolument intenable. Il ne dit rien. Il reste muet dans son coin .   Il ferait mieux « de me donner raison », d’échanger et de partager mes sentiments ; en tous les cas de sortir de son silence ».

Lorsqu’un problème se présente, l’homme donne l’impression d’être ailleurs et de penser à autre chose. Sa partenaire se confie et étale ses sentiments. Il ne dit pas grand-chose. Souvent et sans préavis, il disparaît comme s’il refusait d’en parler.

Deux êtres qui ne manquent ni d’originalité ni d’intelligence Deux comportements diamétralement opposés. Des habitudes ancrées dans nos gènes et dont il sera difficile de se libérer. L’homme  ne se mettra pas à parler de lui-même ni de ce qu’il ressent.  Il gardera sa douleur pour lui.  Cela ne privera pas sa campagne de son temps de parole.

C’est en quelque sorte le face à face du pourquoi et du comment. Dans le premier cas, la priorité est donnée à l’expression et au sentiment. Dans le second, le temps est plutôt  à l’apaisement et à l’action. Les deux originalités finissent toujours  par se retrouver pour  mettre au point une stratégie à deux.

Comme si les hommes s’arrêtaient de communiquer à l’approche du problème.    –   Ce n’est pas le moment d’en parler mais de s’en sortir. –  Oui répondent les femmes ;  à condition d’en parler.

D’un côté l’homme cherche à se protéger de tout emballement émotionnel.  Il connait sa plus grande vulnérabilité physique. Il sait que s’il   venait à permettre le débordement émotionnel il prend le  risque de passer à l’acte voire d’être violent et de le regretter par la suite..

De l’autre, sa partenaire qui atténue le problème en en parlant. Elle ne semble pas craindre de rajouter par ses confidences de l’huile sur le feu.  En tout état de cause,  les deux finissent par se retrouver et c’est très bien comme ça :

Depuis le temps que les couples entendent parler de communication, pourquoi ne pas s’imposer le quart-d’heure de partage au cours du repas du soir? Messieurs sont avertis. Il y a un effort à faire pou consolider et renforcer leur vie de couple.  Mesdames, à votre tour d’écouter ce qu’il vous dit. Il ne suffit pas de parler pour échanger. Tout commence par une bonne écoute.

Pierre Achard MD.

Et si vous donniez votre avis ?

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Close