• Plutôt responsables que victimes : la volonté d'agir et de changer
Menu du haut
  • Plutôt responsables que victimes :
    la volonté d'agir et de changer
  • PierreAchard.fr : un blog pour apprendre et encourager le partage

La précipitation évoque un rythme accéléré et plus rapide que la moyenne. Elle  laisse planer la crainte d’un geste brusque, irréfléchi voire même pouvant être dangereux. Elle se caractérise par une grande réactivité face aux problèmes. Elle étonne parfois par la brusquerie des réponses apportées. Elle met ses auteurs dans l’incompréhension face à ceux qui prennent le temps de réfléchir. Elle s’accompagne d’un emballement évident  qui favorise la première solution quitte à le regretter par la suite. Elle donne l’impression de contrôler les problèmes en agissant.   La précipitation  conduit  souvent dans l’impasse. L’essentiel c’est de se débarrasser du problème

L’immobilisme suggère, l’attentisme et la stagnation inactive. Il véhicule un conservatisme qui n’incite pas à l’action. Dans ce contexte, la réactivité est plutôt lente. La tendance est à vivre au ralenti,  à  prendre le temps de la réflexion au prix d’un retard au démarrage. Elle est synonyme de conservatisme et n’incite pas à l’action

Votre comportement est plus près de la précipitation ou de l’immobilisme selon que votre réaction est immédiate ou très lente ? Vous avez ainsi une première approche de votre style personnel face aux difficultés que vous rencontrez.

Ceux qui ont tendance à prolonger la réflexion aux dépens du passage à l’action sont très près de l’immobilisme. Il leur faut sortir de la spirale qui consiste à revenir sans arrêt sur le problème au point d’oublier qu’il restera entier tant qu’une solution n’a pas été trouvée.

Ceux qui ont tendance à réagir « au quart de tour »aux dépens de la réflexion doivent se méfier.  L’erreur vous guette au moindre faux pas. Il est nécessaire de sortir de l’agitation. Le problème restera entier tant qu’une solution durable n’a pas été trouvée..

Si votre style personnel vous situe à mi-chemin entre les deux extrêmes, vous échappez  à l’immobilisme et à la précipitation. Vous tirez les conclusions qui s’imposent en anticipant les événements pour ne pas vous laisser surprendre. Vous prenez le temps de la réflexion et ce dernier ne se fait pas aux dépends du passage à l’action.

En pratique : Entre l’immobilisme et la précipitation, la voie intermédiaire permet de prendre le temps de la réflexion pour adapter la réponse à l’attente.

Pierre Achard

Vous aider à changer

 

 

Et si vous donniez votre avis ?

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Close