• Plutôt responsables que victimes : la volonté d'agir et de changer
Menu du haut
  • Plutôt responsables que victimes :
    la volonté d'agir et de changer
  • PierreAchard.fr : un blog pour apprendre et encourager le partage

Nous avons de la sympathie pour cette tortue de La Fontaine. Elle « porte sa maison » sur le dos et par sa persévérance réussit un exploit inattendu ; celui de dépasser le lièvre. En même temps nous restons persuadés que son triomphe vient essentiellement de la maladresse de son concurrent.

Que fait-il ? « Il s’amuse à toute autre chose ». Il prend du retard.

Quand se décide-t-il à agir ? Quand il voit  que la tortue touchait presque au but.   Mais il « partit comme un trait » puisqu’il en avait les moyens. Malheureusement faute de synchronisation, « les élans qu’il fit furent vains ». Il aurait dû « partir à temps ».

A ce stade nous nous interrogerons  sur le facteur temps. Quand faut-il agir et peut-on indéfiniment retarder le passage à l’acte ? Cette question est importante car si la réflexion est souvent nécessaire avant de nous engager dans une nouvelle voie, c’est au cours de cette longue phase d’attente que nous risquons de prendre du retard et de nous  faire surprendre. Mais ce n’est pas tout , car à trop tarder à prendre une décision, d’autres décideront à notre place et les conséquences risquent alors d’être beaucoup plus douloureuses pour nous.

Pour nous en convaincre, regardons de plus près le destin de la grenouille dans l’exemple qui suit. Une grenouille plongée brusquement dans l’eau bouillante exerce sur le fond du récipient une force ascendante puissante et suffisante pour la propulser hors de l’eau. La grenouille réagit vite et fort : elle s’en sort vivante. Bravo ! Nous nous en réjouissons.  Que se passe-t-il lorsque la grenouille repose tranquillement dans l’eau froide  que l’on chauffe progressivement à des températures incompatibles avec sa survie. Elle ne se doute de rien. La température de l’eau monte sans à-coups et la grenouille ne semble pas s’en apercevoir. Elle  se laissera mourir sans le savoir, faute de réagir  à temps.

Là encore, l’essentiel se situe dans l’interprétation de la situation dans laquelle nous nous trouvons : a-t-on perçu ou n’a-t-on pas perçu une menace ? Un mélange de flair, d’anticipation et d’expérience du passé feront que face à des paramètres évocateurs nous réagissons plus ou moins vite. Le  temps d’action sera ainsi revu à la hausse ou à la baisse. Une sorte de réactivité qui a manqué à notre grenouille.

Lequel d’entre nous n’a pas le souvenir d’un vécu comparable où il a laissé pourrir une situation et payé le prix fort avec des conséquences néfastes.  Nous avons également dans notre répertoire des expériences plus heureuses où au contraire nous avons su réagir vite et bien.

Il y a dans ces deux fables une grande leçon de vigilance pour agir à temps

Pierre Achard                                                                                                                                                                               Vous aider à changer

 

Et si vous donniez votre avis ?

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Close