• Plutôt responsables que victimes : la volonté d'agir et de changer
Menu du haut
  • Plutôt responsables que victimes :
    la volonté d'agir et de changer
  • PierreAchard.fr : un blog pour apprendre et encourager le partage

Les méthodes de résolution des problèmes paraissent simples à première vue. Il suffit de se souvenir du mot IDEAL proposé par Bransford pour décrire un modèle simple et particulièrement efficace. Le « I» correspond à l’Identification du problème. Le « D» à sa définition et sa caractérisation. Le « E » évoque la phase d’exploration des solutions à envisager. Le « A » rappelle l’importance d’agir. Une fois l’action terminée. Le « L » pour « look back » signifie regarder en arrière et évaluer les résultats.

  1. Identification : Un temps pour se rendre compte de ce qui ne va pas c’est à dire de l’existence d’un problème
  2. Définition : Un temps pour le formuler et le caractériser pour éviter toute ambigüité et la dispersion des efforts
  3. Exploration : Un temps d’élaboration des solutions possibles pour ne pas s’enfermer dans des stéréotypes figés
  4. Action : Le temps de la décision et du passage à l’acte pour sortir du problème
  5. Look back : Le suivi du résultat obtenu pour ajuster le tir et atteindre l’objectif attendu

De deux choses l’une :

  1. Une solution est mise en place, elle met fin au problème.
  2. Il n’y a pas de solution d’où la permanence du problème et retour à la case de départ

Toute résolution de problème commence par sa description détaillée, son positionnement dans son contexte, en présence des acteurs directement concernés. L’identification du problème se poursuit par l’évaluation des solutions possibles pour retenir celle la plus à même d’y répondre Le passage à l’action permet la mise en place de la solution idéale. Elle sera évaluée au fil du temps puis réajustée avec le même souci d’efficacité

Pierre Achard

Et si vous donniez votre avis ?

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Close