• Plutôt responsables que victimes : la volonté d'agir et de changer
Menu du haut
  • Plutôt responsables que victimes :
    la volonté d'agir et de changer
  • PierreAchard.fr : un blog pour apprendre et encourager le partage

Pour faire simple, nous allons considérer deux types d’émotions. Les émotions positives comme la joie, l’enthousiasme et la gratitude. Les émotions plutôt négatives comme par exemple, la colère, la frustration, la jalousie et l’anxiété.

Il y en a d’autres ? Oui, mais nous n’allons pas les détailler.   Pourquoi ?    Parce que notre objectif n’est pas de faire la liste de nos émotions, mais de commenter celles qui pèsent le plus dans notre quotidien.

Comment allons-nous procéder ?  Nous allons commencer par regarder au fond de nous et peut-être évoquer celles que l’on a pu nous reprocher par le passé.  Il y a beaucoup à dire et cela risque d’être à la fois confus et sans intérêt. Pour cela nous allons sélectionner une ou deux des émotions qui nous caractérisent.  Nous réfléchirons à la fois sur les négatives, mais aussi les positives. Après tout elles cohabitent en nous à longueur de journée. En prendre conscience est déjà un premier pas et de grande importance.

 Nous avons souvent l’impression de découvrir certains de nos comportements qui dérangent ou des réactions jugées excessives par notre entourage. Pour que cette phase d’écoute  soit équilibrée, nous aurons soin de ne pas la réserver aux perceptions négatives pour y inclure les émotions positives qui renforcent nos prises de position.

Nous allons faire plus que ça. Nous allons séparer les émotions à développer de celles qui agissent contre nous et qu’il va falloir combattre.   Nous allons également retenir que nos émotions traduisent souvent nos propres interprétations  des faits.  Une lecture défaitiste des événements amplifient le ressenti et conduit à des gestes que nous pouvons regretter par la suite.   Inversement, une lecture positive nous donne l’énergie de l’optimisme et nous évite l’emballement regrettable que l’on nous reproche

Nous allons commencer par corriger les interprétations  qui aboutissent au rejet et  à la haine de l’autre. Celles qui mènent à la violence ou à des propos que nous ne pourrons pas accepter. Pour cela nous aurons recours à une technique simple et qui a l’avantage de départager nos émotions entre celles qui consolident nos positions de celles qui les affaiblissent.

Il nous suffira de  nous poser deux questions. Qu’est-ce qu’on attend de moi? Puis, est-ce que mes émotions m’aident à remplir ma mission ? Si oui, il s’agit d’émotions positives à encourager. Si c’est non, nous  aurions défini, à quoi nous attaquer en priorité

Pierre Achard                                                                                                                                                                           Vous aider à changer

 

 

Et si vous donniez votre avis ?

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Close