• Plutôt responsables que victimes : la volonté d'agir et de changer
Menu du haut
  • Plutôt responsables que victimes :
    la volonté d'agir et de changer
  • PierreAchard.fr : un blog pour apprendre et encourager le partage

Je ne suis pas de ceux qui regrettent sans arrêt un passé que l’on s’applique à embellir coûte que coûte. J’ai toujours considéré que le passé devait nous servir de point de départ pour ouvrir de nouvelles pages et réaliser ce qui nous tient à cœur. Aux nostalgiques des temps écoulés et les enfermés dans des souvenirs lointains, rappelons qu’un passé, même des plus glorieux, ne reviendra quoiqu’on fasse . Cela ne nous empêche pas de lui attribuer une valeur apprenante dont on se servira pour la suite.

On raconte qu’un jeune salarié qui était engagé sur une voie prometteuse fait perdre une somme colossale à son entreprise. Ses prévisions ne se sont pas réalisées. Malgré sa bonne volonté,  le salarié venait d’alourdir le déficit de sa  boîte. Tous les regards se tournent vers lui. Les collègues se désolidarisent de cet adjoint encombrant. On l’évite pour ne pas paraître acteur dans son effroyable décision et payer la note.

Le temps des sanctions a sonné. Qui d’autre que lui devrait en faire les frais ?  Un signe qui ne trompe pas : son patron lui demande de le rejoindre dans son bureau. Tout triste, le salarié audacieux, anticipe ce qui allait se dire au cours de leur échange. Il  dit ne pas vouloir subir longtemps la mauvaise humeur de son chef. Il se décide alors de  rédiger à l’avance sa lettre de démission. Ainsi pensait-il l’entretien serait bref. Il aura ce qu’il mérite se disent ses collaborateurs,  et rien de plus.

L’accueil qui lui était réservé était correct. Son supérieur ne semblait pas affecter par ce qui venait de se passer. Pourtant la somme est colossale et la crédibilité de l’entreprise venait de prendre un sacré coup.

Face à l’autorité qui l’a fait venir, le salarié reconnaît l’entièreté de sa responsabilité, il explique calmement les arguments qui l’ont encouragé à intervenir. Son discours cohérent reflétait sa bonne volonté et son enthousiasme. Il en tire les conclusions et remet à son chef sa lettre de démission.

Etonné, son chef lui dit : « Vous mettre à la porte lorsque je viens de verser cette somme colossale pour votre formation ?. Votre expérience vous a appris des choses que vous ne ferez plus. Elle vous a également ouvert la voie sur des initiatives qui seront certes très utiles au groupe dans les années qui viennent. Je vous demande plus de vigilance et que l’expérience apprise se transforme en avancée dans l’intérêt de tous ».

Notre jeune intrépide  reprend sa lettre de démission et retrouve son bureau et ses responsabilités. Il venait d’apprendre que ; pour qu’un passé retrouve un sens, il faut qu’il serve à construire l’avenir.

Pierre Achard

Et si vous donniez votre avis ?

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Close