• Plutôt responsables que victimes : la volonté d'agir et de changer
Menu du haut
  • Plutôt responsables que victimes :
    la volonté d'agir et de changer
  • PierreAchard.fr : un blog pour apprendre et encourager le partage

Archives de la catégorie : Intelligence économique

L’intégrité se réfère aux valeurs que nous plaçons en nous-mêmes et qui nous rendent crédibles. Elle regroupe à la fois la maturité (c’est-à-dire l’équilibre entre l’expression de nos idées et la considération pour les convictions des autres) et l'honnêteté. Elle nous impose la rigueur morale face à l'information qui ne sera pas manipulée ni déformée. Par notre intégrité,  chacun d’entre nous  se réfère à tout instant à des valeurs réelles qu'il définira et qu'il décidera d'ancrer en lui-même afin de respecter l’adéquation de ses actes aux valeurs exprimées. Cette adéquation, délimitera son niveau  de crédibilité. La proactivité se définit par…

Si nous hésitons à franchir le pas et à agir, c’est aussi parce que nous avons souvent l’impression que la tâche est tellement difficile et que l’effort à déployer va au-delà de nos moyens. Cet effort s’apparente à une succession d’actes héroïques pour arriver à surmonter tous les obstacles. Il faut continuellement inventer des solutions adéquates comme si nous ne pouvions pas nous baser sur les expériences réussies des autres et leur emprunter les recettes qui ont fait leurs preuves dans des cas similaires.  A force de tout inventer, réinventer, innover et changer, la tâche parait largement au-dessus de nos moyens…

Au fur et à mesure de l’implantation des systèmes d’intelligence économique dans les entreprises, l’on a assisté à une accélération du processus de maturation de leurs systèmes de vigilance. Pour mémoire, et en direction des plus jeunes,  rappelons les pionniers qui se sont battus pour convaincre et réussir parfois dans des conditions difficiles l’implantation d’un système de veille en entreprise. Parmi eux je cite le travail permanent des chercheurs et des universitaires, les grandes étapes qui ont précédé et suivi le rapport Martre en 1994, la création du conseil d’orientation présidé par Bernard Esambert en 1986, et la publication du…

La dépendance définit la passivité de celui qui est pris en charge."Je  fais ce que l’on me demande de faire » ;   « Je ne fais que ça », tout simplement parce que « je ne veux pas prendre de risque » ; « Mon patron lui-même fait ce que l’on lui demande de faire » et cela ne va pas plus loin ; Quant à l’information, « elle circule ou ne circule pas, ce n’est pas mon problème » ; « Je ne me préoccupe pas du partage ou du non-partage de l’information, tout simplement parce que les circuits sont préétablis et sélectifs » ;                …

Etre en contact avec notre environnement c’est avant tout adapter notre rythme de changement et de maturation pour rester en phase avec celui qui nous environne. Il nous paraît impératif de calquer notre rythme de changement sur celui de notre univers professionnel pour ne pas nous laisser surprendre. Une équation simple serait de comparer en permanence et pour chacune des activités suivies ; à la fois la vitesse de changement de la technique, sa réceptivité et notre vitesse d’adaptation et d’exploitation des nouveautés. Tout retard finit tôt ou tard par retentie sur notre niveau de performance. Ainsi, parler du suivi de…

A tous ceux qui gèrent l’information et sa diffusion, nous rappelons quelques impératifs qui nous semblent d’importance pour rester en phase avec la mission d’informer sans déformer. La liste que nous présentons n’est pas exhaustive. Nous nous contenterons de ce qui nous paraît essentiel. Sortir de ce cadre réduit l’impact de l’information que nous apportons. Elle réduit en même temps notre crédibilité aux yeux de nos interlocuteurs. 1. Évitons de nous mouvoir dans un environnement fictif au risque de précipiter nos interlocuteurs dans un espace pseudo-onirique qu’ils appellent de leurs vœux mais qui ne correspond pas à la réalité. Il…

Nous sommes engagés dans l'ère de « l'Information sans frontière », l'information disponible, d’accès facile, diffusée, partagée, multidimensionnelle, circulant à grande vitesse voire en temps réel, d’un pays à l’autre  et s'adressant à un nombre croissant d'individus dans un langage de plus en plus universel. L’information arrive en flux continu à domicile, sur notre lieu de travail et partout l’effort est fait pour mieux la recevoir, l’interroger et la diffuser. Notre environnement de travail se réduit à un bureau, un téléphone et un ordinateur. Les deux derniers véhiculant l’information dont plus personne ne peut se passer et encore moins nos entreprises. Comment ?…

Dans nos entreprises un certain nombre d’experts assurent la fonction de suivi direct de l’évolution technologique dans leurs domaines de compétence. L’apport de l’expert est irremplaçable car aucun veilleur ne peut suivre un domaine pointu avec autant de savoir et de compétence que l’expert du domaine suivi. Il n’y a donc pas compétition ni opposition de principe dans leur coexistence au sein d’un même groupe. Néanmoins, ce que l’expert apporte sera à compléter par une vision plus globale des problèmes c’est-à-dire une perspective plus élargie qui intègre l’ensemble des données sur l’environnement et en particulier la concurrence. Pourquoi ? Tout simplement…

On trouve de moins en moins des dirigeants persuadés qu’il suffit d’un bon produit pour que le consommateur joue son rôle d’acheteur potentiel. Nous produisons et ils consomment sans véritable lien entre ce qui est produit et l’attente de l’acheteur. Nombreux ouvrages font le calcul du faible coût pour l’entreprise d’un client heureux renouvelant généreusement l’achat de son objet de satisfaction, par rapport au nouveau client à séduire. L’équation est facile à démontrer. Cela coûte moins cher de fidéliser un client que de convaincre un nouvel acheteur. L’un n’empêche pas l’autre certes ; mais à l’heure des choix, il ne faut…

La multiplicité des sources permettant la détection des opportunités, nous  rappelle l’importance d’une rigueur dans la sélection des projets à évaluer.  La règle qui n’échappe à personne  est simple. Il faut rechercher  le rendement maximal au moindre coût. Une exploration approfondie des bases de données disponibles, permet de répertorier  les entreprises potentiellement intéressantes. La place que prend la nouveauté dans la réussite des projets nous impose de cibler celles engagées dans la recherche. Attention aux pièges tendus par celles qui revendiquent une recherche originale et des moyens importants. Certaines n’ont pour seul local qu’un coin de garage situé dans la…

Close