• Plutôt responsables que victimes : la volonté d'agir et de changer
Menu du haut
  • Plutôt responsables que victimes :
    la volonté d'agir et de changer
  • PierreAchard.fr : un blog pour apprendre et encourager le partage

Archives de la catégorie : Le changement

Il y a quelques années, avec un diplôme, quelques années d’expérience et de bonnes références, le marché de l’emploi vous était pleinement accessible. Aujourd’hui cela ne suffit plus car l’employeur ajoute à sa liste des exigences nouvelles, notamment une motivation réelle pour réussir les nouveaux défis,  l’aptitude à travailler avec les autres, la capacité à échanger et à interagir positivement avec les équipes en place et bien d’autres compétences.  Cela devient difficile pour tout le monde ; inutile de s’en cacher. Ce qui se passe est simple à comprendre. Avec la crise et les difficultés économiques que nous rencontrons, chacun à…

La précipitation évoque un rythme accéléré et plus rapide que la moyenne. Elle  laisse planer la crainte d’un geste brusque, irréfléchi voire même pouvant être dangereux. Elle se caractérise par une grande réactivité face aux problèmes. Elle étonne parfois par la brusquerie des réponses apportées. Elle met ses auteurs dans l’incompréhension face à ceux qui prennent le temps de réfléchir. Elle s’accompagne d’un emballement évident  qui favorise la première solution quitte à le regretter par la suite. Elle donne l’impression de contrôler les problèmes en agissant.   La précipitation  conduit  souvent dans l’impasse. L’essentiel c’est de se débarrasser du problème L’immobilisme…

La violence physique faite aux femmes revêt plusieurs formes et ses manifestations sont variées et imprévisibles. Peu importe leur nombre, chacune des victimes est une victime de trop. Chaque acte de violence est insupportable et doit être combattu avec fermeté et sanctions à l’appui. Mais aussi paradoxal que cela puisse paraître, les hommes aussi peuvent être victimes. Faisons un effort pour l’admettre car on est tellement habitué à les considérer comme les bourreaux que le rôle de victime a du mal à passer. Même si les hommes battus ne courent pas les rues, il faut savoir qu’ils existent. Souvent leurs…

On raconte qu’un jour, un livreur se pointe au secrétariat du Professeur Tores  pour lui livrer un document urgent. La secrétaire le prie de bien vouloir attendre le retour du professeur en l’assurant que l’attente ne serait pas longue. Les premières minutes passent  et paraissent insupportables. Une heure s’écoule, puis deux et  le livreur fidèle à son engagement décide d’attendre coûte que coûte. Une semaine plus tard, il est toujours en salle d’attente. La secrétaire est confuse et le professeur introuvable. Le mois touche à sa fin, le semestre le suit. Notre livreur attend toujours de remettre au Professeur Tores…

Quelques  remarques préliminaires s’imposent autour du thème de l’erreur. 1. Lorsque nous associons le concept de valeur personnelle avec l’absence d’erreurs, nous nous engageons dans une lutte perdue d’avance. En d’autres termes notre valeur personnelle ne s’effondre pas parce que l’on s’est trompé. 2. Il a été dit que la réussite ne représente que 1% de l’effort accompli. Cela veut dire que dans 99% des cas l’échec est au rendez-vous. Ceux qui abandonnent en route s’arrêteront en phase d’échec. Ils auraient pu aller plus loin. Ils en avaient les moyens. Ils n’ont tout simplement pas été invités à le faire.…

Sans prise de risque aucune action n’est envisageable car l’erreur fait partie intégrante de notre implication et de notre initiative. Sans cette prise de conscience, nous restons dans un statu quo regrettable et nous regardons passer la vie devant nos yeux en nous lamentant. Mais nous ne sommes pas seuls responsables. Notre milieu porte également une grande part de responsabilité dans notre capacité à agir. Pourquoi ? Tout simplement parce que sa tolérance à l’erreur détermine en grande partie notre attitude par rapport à la prise d’initiative et la gestion du risque. 1.  Si nous entendons sans arrêt autour de nous que…

« Hypocrite lecteur, - mon semblable, - mon frère! » : ce vers si parlant de Charles Baudelaire dans les Fleurs du Mal nous interpelle et ne nous laisse pas indifférents. Notre société encourage-t-elle l’hypocrisie et dans quel but ? Cette interrogation mérite que l’on s’y attarde. Elle part d’un constat simple : nous vivons en permanence en deçà de l’idéal que nous affichons. Cela rend nos actes en retrait par rapport à nos souhaits. En mettant la barre toujours plus-haut, la société nous impose un double langage permanent. Elle nous situe dans un espace d’expression souvent bien plus idyllique que notre quotidien. Sommes-nous pour…

Il est plus confortable de traiter les causes d’un problème lorsque ces dernières sont connues. Il est inversement plus difficile de trouver la même efficacité lorsqu’aucune explication n’est rattachée au problème évalué. Ces constats ne doivent pas justifier le recours compulsif à l’analyse interminable du problème sans jamais passer à la décision puis à l’action. Inversement à trop vouloir survoler un problème vous prenez le risque de ne pas aller au fond des choses, de ne pas comprendre les difficultés que vous traitez et de prendre la mauvaise décision. Il faut donc respecter l’équilibre entre la recherche d’informations et la…

Il n’est de secret pour aucun d’entre nous. Dans notre entourage, certaines personnes nous dépriment ; d’autres nous donnent goût à la vie. Les premières sont toxiques. Les secondes sont encourageantes. Commençons par reconnaître les unes et les autres. En nous éloignant des « toxiques », nous avons des chances d’être plus souples avec nous-mêmes ; moins critiques par rapport à nos réalisations et bien entendu plus positifs. Arrêtons-nous là et prenons une feuille de papier que nous partagerons en deux colonnes.  A gauche nous répertorions les personnes « toxiques ». A droite les « positives ». Poursuivons notre démarche et surtout ne nous arrêtons pas au milieu…

Jadis les anticorps évoquaient des mécanismes de défense contre des infections spécifiques. Le fabriquant d’anticorps avait pour concurrents les laboratoires qui préparaient des vaccins, des sérums ou plus largement ceux qui produisaient des antibiotiques. Avec quelques variantes, il restait dans l’ensemble au sein de son activité de base sans trop se disperser. De plus en plus les anticorps ont étendu le champ de leur application au ciblage thérapeutique ou diagnostic. On parle d’anticorps dans de nombreuses disciplines qui vont du diagnostic, à la cancérologie en passant par l’allergologie, les sérums, le marquage radioactif, le largage de médicaments au niveau de…

Close