• Plutôt responsables que victimes : la volonté d'agir et de changer
Menu du haut
  • Plutôt responsables que victimes :
    la volonté d'agir et de changer
  • PierreAchard.fr : un blog pour apprendre et encourager le partage

Archives de la catégorie : Le Coaching

Nous avons de la sympathie pour cette tortue de La Fontaine. Elle « porte sa maison » sur le dos et par sa persévérance réussit un exploit inattendu ; celui de dépasser le lièvre. En même temps nous restons persuadés que son triomphe vient essentiellement de la maladresse de son concurrent. Que fait-il ? « Il s'amuse à toute autre chose ». Il prend du retard. Quand se décide-t-il à agir ? Quand il voit  que la tortue touchait presque au but.   Mais il « partit comme un trait » puisqu’il en avait les moyens. Malheureusement faute de synchronisation, « les élans qu'il fit furent vains ». Il aurait dû « partir…

Nous écoutons à longueur de journée nos femmes se plaindre d’avoir des partenaires particulièrement silencieux. Le même scénario se répète et n’étonne plus personne. Il  sort prendre l’air, laissant sa campagne en proie à la frustration. Il y aurait selon elle,  un déficit évident en communication.  Un jugement considéré excessif par son partenaire qui dit n’avoir rien à se reprocher sur ce point particulier. "Il ne fait jamais part de ses sentiments. Il se contente d’écouter ou de faire semblant de suivre les révélations émotionnelles de sa campagne. C’est absolument intenable. Il ne dit rien. Il reste muet dans son…

« Hypocrite lecteur, - mon semblable, - mon frère! » : ce vers si parlant de Charles Baudelaire dans les Fleurs du Mal nous interpelle et ne nous laisse pas indifférents. Notre société encourage-t-elle l’hypocrisie et dans quel but ? Cette interrogation mérite que l’on s’y attarde. Elle part d’un constat simple : nous vivons en permanence en deçà de l’idéal que nous affichons. Cela rend nos actes en retrait par rapport à nos souhaits. En mettant la barre toujours plus-haut, la société nous impose un double langage permanent. Elle nous situe dans un espace d’expression souvent bien plus idyllique que notre quotidien. Sommes-nous pour…

Je pose souvent la question suivante : Qu’est-ce qui vous rendrait heureux dans la vie ? Mes interlocuteurs semblent amusés de mes interrogations comme si leur bonheur ne faisait pas partie de leurs préoccupations. Ils sont soucieux de rester dans l’action, d’entretenir un mouvement brownien permanent, de consolider des relations toxiques, de fuir les problèmes pour s’apercevoir au bout du compte qu’ils auraient pu consacrer plus de temps à se rapprocher  de tout ce qui les rendait heureux. Ami lecteur, je vous pose la même question. Avez-vous pensé à tout ce qui vous arrachait le sourire, la tendresse et l’enthousiasme ?  Vous préférez…

La « communication en cercle fermé » est celle qui se développe entre personnes partageant les mêmes opinions, qui échangent à longueur d’année, exclusivement entre eux, autour de thèmes qu’ils s’accordent à défendre.  Dans ces conditions, les valeurs et pratiques sont plutôt tournées vers des comportements arrogants, narcissiques, « insulaires », éloignés des préoccupations du consommateur et ne tenant pas compte de ce qui se dit dans leur domaine d’activité. Seules les idées « conformes » franchissent la porte de cette enceinte bien fermée. Leurs échanges « en cercle fermé » les rendent imperméables à tout apport externe. Ils s’appauvrissent en s’isolant et les idées qu’ils défendent deviennent…

Il n’est de secret pour aucun d’entre nous. Dans notre entourage, certaines personnes nous dépriment ; d’autres nous donnent goût à la vie. Les premières sont toxiques. Les secondes sont encourageantes. Commençons par reconnaître les unes et les autres. En nous éloignant des « toxiques », nous avons des chances d’être plus souples avec nous-mêmes ; moins critiques par rapport à nos réalisations et bien entendu plus positifs. Arrêtons-nous là et prenons une feuille de papier que nous partagerons en deux colonnes.  A gauche nous répertorions les personnes « toxiques ». A droite les « positives ». Poursuivons notre démarche et surtout ne nous arrêtons pas au milieu…

Si vous voulez perdre à tous les coups, engagez avec votre interlocuteur un échange musclé ; riche en termes agressifs et émis sur un ton arrogant.  Si c’est la confrontation que vous recherchez, vous la trouverez. Mais dans votre agression, il  n’est pas dit que votre adversaire ne sera pas plus malin que vous. Conclusion, vous serez deux perdants : chacun croyant avoir marqué des points et au total, vous restez tous les deux au point de départ.  Ne critiquez pas haut et fort dans le but de l’humilier, de le confondre  et  de le faire reculer. Vous le mettez ainsi dans…

Pendant les fêtes de fin d’années, nous étions nombreux à recevoir des cartes de vœux ou tout simplement des messages sms nous souhaitant la Bonne Année. A plusieurs reprises, par devoir ou par réflexe, nous avons répondu avec la plus grande amabilité même lorsque nous ne savions plus exactement à qui nous nous adressions. Ainsi, chaque geste positif  à notre égard, déclenche en nous une réaction positive.  Inversement,  tout geste hostile va susciter de notre part une réaction brutale, encore plus intense que celle qui lui a donné naissance. La règle du jeu est simple ;  « Tu me respectes, je te…

Un problème à moitié traité ne permet pas d’avancer, bien au contraire. Il laisse derrière lui un grand nombre d’interrogations qui restent sans réponse. Il vous obligera tôt ou tard à revenir sur les détails que vous n’avez pas traités. Tout problème à moitié réglé reste entier et en attente de solution. Dispersion, confusion et lourdeur se surajoutent aux difficultés de départ sans pour autant avancer dans les solutions à proposer. De même, on ne résout pas un problème en en créant un autre plus grand. Vous vous embarquez dans des questions annexes et sans importance aux dépens du problème…

Julie se trouve suffisamment laide pour perdre goût au contact avec les autres et se mettre en rupture avec elle-même. Une laideur souvent inventée de toute pièce et que ses proches qualifieraient volontiers d’imaginaire. En écoutant son entourage, l’on s’aperçoit que non seulement son physique tient la route mais qu’elle plait également à de nombreux prétendants. Alors, où est le problème ? Plaire à de nombreuses personnes n’est pas plaire à tout le monde et probablement pas à la personne que Julie désire attendrir. Le réflexe qui consiste à rechercher systématiquement la moindre asymétrie physique pour justifier l’éloignement voire le rejet…

Close