• Plutôt responsables que victimes : la volonté d'agir et de changer
Menu du haut
  • Plutôt responsables que victimes :
    la volonté d'agir et de changer
  • PierreAchard.fr : un blog pour apprendre et encourager le partage

Archives de la catégorie : Le handicap

Ce que nous faisons Nous agissons sur le comportement du jeune  en plusieurs étapes. En l’observant pour mieux le comprendre. En évitant d’interpréter pour interpréter. En restant dans les faits et non les impressions. En notant les comportements à encourager. En notant  ceux à modifier. En signalant le rôle facilitateur ou freinateur de l’évènement sur son  comportement. Les nouveaux comportements  à implanter. Les comportements à remplacer. Nous nous attaquons enfin  aux  troubles du comportement Pourquoi nous le faisons Le jeune autiste n’est pas intéressé à faire plaisir aux autres mais à jouer. Cela retarde l’apprentissage Il échange peu et imite peu. Cela retarde l’apprentissage Par…

Dans les articles qui précèdent nous avons décrit trois étapes fondamentales. Entrer en contact en privilégiant le face à face ; accompagner en participant à ce qu’il aime et tout faire pour  encourager l’échange. Ce programme est remis et expliqué à toute personne entrant en contact avec le jeune  dans le cadre de son  séjour en famille Ce que nous faisons Tendre vers un état à cheval entre l’hyper excitation et l’apathie. Le mettre dans les meilleures conditions pour communiquer Pourquoi nous le faisons Si le jeune  est hyper excité ou très calme, l’apprentissage n’aura pas lieu Vous avez capté son attention, vous…

Ce programme est remis et expliqué à toute personne entrant en contact avec le jeune autiste. Dans les articles (1) et (2), nous avons développés deux priorités ; entrer en contact, face à face en respectant ses choix  et la recherche d’interactivité à travers les  échanges. L’objectif est de multiplier les opportunités de communication et d’apprentissage. Dans cet article, nous développons la réciprocité dans les échanges. Ce que nous faisons A travers le regard, la parole, les sons : nous exploitons tout un arsenal pour  lui permettre de mieux apprécier ce qu’est  la communication avec l’autre  L’imitation, le regard les yeux dans les…

  Ce programme est remis et expliqué à toute personne entrant en contact avec le jeune. Dans l'article précédent, publié le 12 octobre 2013; nous avons insisté sur l’importance à travailler l’attention de la personne autiste . En respectant ses choix, en allant  dans le sens de ses gestes, nous entrons en contact. Nous le faisons parce que le jeune est préoccupé par les objets et s’intéresse peu aux personnes qui l’entourent. Cela réduit son champ d’apprentissage. Avec plus d’attention, les opportunités d’apprentissage augmentent. Pour y parvenir, nous avons rappelé certaines  actions à initier . Dans cette deuxième partie, nous allons allons l'initier…

Ce programme est remis et expliqué à toute personne entrant en contact avec le jeune dans le cadre de son  séjour en famille Ce que nous faisons Nous essayons de faire connaissance avec ses centres d’intérêts. Les objets auxquels il accorde de l’importance  (qui serviront plus tard à le motiver pour les efforts accomplis).Prendre conscience qu’il accorde moins d’importance pour les personnes Nous ne l’interrompons pas et, nous ne lui imposons aucune règle de jeu  le ‘follow his lead’ de Stanley Greenspan . Nous l’observons. Nous allons dans le sens de ses gestes, nous entrons en contact Pourquoi nous le faisons…

On se souvient du bestseller de Dan Kiley : «  Le syndrome de Peter Pan : ces hommes qui ont refusé de grandir ». Dès 1983, l’auteur attire notre attention sur ces jeunes adultes qui prolongent l’immaturité de leur enfance au-delà de l’âge adulte ; tout simplement  pour ne pas grandir. Dans ce refus, Dan Kiley décrit des personnages centrés sur eux-mêmes et manifestant beaucoup de difficultés à aller vers l’autre pour échanger pleinement et le faire, d’égale à égale. Leur immaturité émotionnelle les en empêche. Ce syndrome, tel qu’il a été décrit, n’a pas été reconnu par le corps médical, et n’est pas…

Toute malformation, qu’elle soit visible ou non entraîne certaines différences que nous percevons. Elles peuvent être physiques et porter sur les différentes,parties de notre corps. Elles peuvent toucher exclusivement certaines aptitudes,et notamment notre intelligence et entraîner des comportements et des attitudes qui ne sont pas forcément celles que nous avons l’habitude de croiser. On appelle cela une différence entre les personnes qui vivent côte à côte, se regardent et apprennent à se connaître. Toute personne porte comme chacun d’entre nous une identité qui la caractérise. Elle a sa propre histoire. Même si son parcours ne suit pas nécessairement celui que…

Céline est la maman de Julien qui souffre d'autisme. Elle a pris l’habitude de se rendre sans état d’âme à toutes les convocations surtout lorsqu’il s’agit de soins à apporter à son fils. Malheureusement les résultats de toutes ces interventions, ne sont pas perceptibles à terme si bien qu’une certaine obligation de présence a fini par se substituer à l’attente du moindre résultat positif. Tous ces entretiens tournent sans arrêt autour des mêmes consignes. Cela n’amuse plus les parents qui finissent par en savoir plus que ceux-là mêmes qui les conseillent. -  J’ai, se plait-elle à dire dans ma pensée, toute…

Il ne faut pas se faire d’illusions ; la présence d’une personne handicapée en famille modifie le jeu normal des relations et les complique. Il faut en permanence tenir compte des soins à donner et ne jamais baisser le niveau de surveillance ou de vigilance Il faut sans arrêt organiser son temps de travail et ses loisirs pour suivre un traitement, renouveler une ordonnance, consulter pour un signe nouvellement apparu, veiller à ne pas décevoir ceux et celles qui s’occupent de la personne handicapée. La disponibilité permanente aux convocations répétées des psychologues, des thérapeutes, des psychiatres et des éducateurs est un must…

L’expérience d’une journée passée auprès de tout enfant handicapé est riche de signification et pleine de tendresse. Elle n’est pas pour autant reposante et par moments, elle déroute. Elle part du principe que tout est imprévisible. Elle rappelle en même temps l’importance d’anticiper et de prévenir pour que l’enfant ne soit pas surpris par une activité ou une personne inattendue. Lui dire ce qui se  fait, expliquer ce qui va se passer et autant que possible tracer la succession des évènements devant aboutir à la réalisation de l’activité annoncée. Cet échange crée une  complicité affective dans une atmosphère où l’enfant…

Close