• Plutôt responsables que victimes : la volonté d'agir et de changer
Menu du haut
  • Plutôt responsables que victimes :
    la volonté d'agir et de changer
  • PierreAchard.fr : un blog pour apprendre et encourager le partage

Voilà ce qu’on peut lire en introduction de mon livre : Agir pour réussir : édition Maxima Dans la fable Conseil tenu par les Rats, Jean de La Fontaine nous rappelle que si nous sommes actifs lorsqu’il faut discuter, méditer, planifier, nous perdons subitement toute initiative au moment de passer à l’acte. Pour illustrer ce constat, il nous invite à assister au conseil tenu par les rats brutalisés et désireux d’en finir avec ce « diable » de chat, Rodilardus, qui les massacre sans pitié. Au cours du débat, les idées foisonnent et chacun y met du sien. La stratégie est désormais claire : il…

Pour qu’un médicament soit efficace, il faut que ses principes actifs ralentissent ou arrêtent la progression de la maladie. Tant que ces modifications n’ont pas lieu, il n’y a pas à proprement parlé d’efficacité intrinsèque du produit ingéré. Le produit est jugé inefficace.  Ce n’est pas pour autant qu’il sera dénué entièrement d’effets car même pharmacologiquement  inactif,  le médicament peut conserver  un effet subjectif réel. De nombreux témoignages montrent qu’avant même qu’un produit puisse agir, on a souvent la sensation d’une amélioration évidente qui ne peut s’expliquer par les mécanismes d’action du médicament ingéré. On parle alors d’effet placebo comme…

La première question qui vient à l’esprit est celle de nous demander s’il est vraiment nécessaire de changer.  Cette question est justifiée parce qu’elle suppose qu’en l’absence de raisons valables pour changer, il n’y a aucune raison pour nous de nous mettre à faire les choses différemment, à acquérir de nouvelles connaissances et bien d’autres efforts qui ne sont pas toujours simples à réussir. Egalement il ne paraît pas nécessaire de nous imposer de nouvelles contraintes qui vont à l’encontre de nos intérêts.  Et puis, est-il absolument nécessaire de remettre en questions certaines de nos habitudes et changer ? La réponse…

C’est le titre d’un ouvrage que j’ai rédigé avec Jean Pierre Bernat ;  un ami, grand, très grand ami. Jean Pierre est mort des suites d’une maladie  éprouvante. Elle  n’a pas réussi pour autant à atteindre par sa cruauté, ni sa bonté intrinsèque ni son regard tendre et accueillant. Cet ouvrage nous l’avons rédigé ensemble. Nous n’étions pas toujours d’accord entre nous mais nous savions qu’un travail rédigé à nous deux serait bien plus utile que si chacun d’entre nous le faisait de son côté. Nous nous retrouvions tous les soirs vers 20heures à mon domicile. Nous partagions un repas simple…

Il est fréquent d’assister à un débat télévisé regroupant un certain nombre de participants autour d’un thème d’une importance capitale pour les téléspectateurs. L’animateur est supposé établir des liens entre les personnes et de mener les échanges pour que l’émission soit utile et à la portée de tous. Le temps de parole est calculé ; alors chacun en profite pour avancer ses points de vue et il le fait souvent sans intégrer ce qui avait été dit au préalable. Ses commentaires ne répondent pas à la question posée. Les participants ne cherchent pas à  communiquer mais à se justifier. Brusquement le…

Nous avons plaidé à plusieurs reprises pour une mise en valeur de la fonction associative du cerveau. Cette fonction part d’un point A pour aboutir au point B en intégrant une série de données et en enrichissant la réflexion d’un grand nombre d’idées dont certaines n’ont pas de lien direct avec la réflexion de départ mais qui y trouvent une connexion au fur et à mesure des associations d’idées. Un véritable travail d’apposition de couches successives va aboutir à la création d’un ensemble cohérent et original. Savoir naviguer dans la complexité, se frayer un chemin dans l’ambiguïté suppose le rejet…

Parmi les éléments importants qui nous empêchent de passer à l’action, une place à part est réservée au retour sans arrêt au passé pour le revivre par la pensée, le regretter, le moduler en fonction de nos attentes. Cela prend énormément de temps et les regrets qu’il engendre sont souvent pénibles à vivre et encore plus difficiles lorsque nous prenons l’habitude de les repasser en boucle dans notre tête.  Apprenons à dire « stop » au retour compulsif en arrière Il est vrai que chacun d’entre nous a son histoire et  son vécu. Les données acquises et emmagasinées dans notre mémoire sont…

La « communication sécurisante » est celle qui se développe entre personnes partageant les mêmes opinions et qui finit par les rendre critiques par rapport aux idées qu’elles ne partagent pas sans même se demander si ces dernières apportent un élément nouveau capable de les enrichir. L’a priori quel qu’il soit  est un vernis imperméabilisant l’esprit à tout échange et source d’appauvrissement collectif. Les idées irrationnelles que nous intégrons tout  au long de notre éducation,  ont ce pouvoir isolant qui nous maintient dans l’illusion des certitudes.  Il faut apprendre à vivre avec les réalités parallèles qui  font l’originalité de chacun  de nous  et…

Il y a d’abord mes motivations « externes », celles qui m’apporteront des avantages mesurables en terme de promotion, d’évolution de carrière, voire une plus grande notoriété/ Autrement dit ; je partage l’information parce que j’ai tout intérêt à le faire. Il y a aussi mes motivations internes. Celles-ci s’apparentent à des acquis en réponse à des attentes personnelles tel par exemple, un épanouissement dans ma fonction, une reconnaissance, et pourquoi pas l’approfondissement du sentiment de mon appartenance au groupe. Dans ce cas, partager me permet d’affirmer ma part de responsabilité et me permet de progresser. On ne vous le dira jamais assez,…

NE PAS : -          Dire : c’était bien, mais je parie que tu peux faire mieux -          Critiquer l’enfant plutôt que son comportement -          Menacer de perte d’affection si la performance est insuffisante -          Le menacer de punition pour échec -          Lier l’acceptation de l’enfant à sa performance -          Prendre l’échec de son enfant au premier degré. Son échec veut dire que je suis mauvais pour n’avoir pas fait ce que j’avais à faire -          Retenir son affection ou nourrir sa colère lorsque l’enfant a commis une faute -          Refaire les corvées de vos enfants (refaire le lit qu’il vient de faire)…

Close