• Plutôt responsables que victimes : la volonté d'agir et de changer
Menu du haut
  • Plutôt responsables que victimes :
    la volonté d'agir et de changer
  • PierreAchard.fr : un blog pour apprendre et encourager le partage

Nous avons plaidé à plusieurs reprises pour une mise en valeur de la fonction associative du cerveau. Cette fonction part d’un point A pour aboutir au point B en intégrant une série de données et en enrichissant la réflexion d’un grand nombre d’idées dont certaines n’ont pas de lien direct avec la réflexion de départ mais qui y trouvent une connexion au fur et à mesure des associations d’idées. Un véritable travail d’apposition de couches successives va aboutir à la création d’un ensemble cohérent et original. Savoir naviguer dans la complexité, se frayer un chemin dans l’ambiguïté suppose le rejet…

Parmi les éléments importants qui nous empêchent de passer à l’action, une place à part est réservée au retour sans arrêt au passé pour le revivre par la pensée, le regretter, le moduler en fonction de nos attentes. Cela prend énormément de temps et les regrets qu’il engendre sont souvent pénibles à vivre et encore plus difficiles lorsque nous prenons l’habitude de les repasser en boucle dans notre tête.  Apprenons à dire « stop » au retour compulsif en arrière Il est vrai que chacun d’entre nous a son histoire et  son vécu. Les données acquises et emmagasinées dans notre mémoire sont…

La « communication sécurisante » est celle qui se développe entre personnes partageant les mêmes opinions et qui finit par les rendre critiques par rapport aux idées qu’elles ne partagent pas sans même se demander si ces dernières apportent un élément nouveau capable de les enrichir. L’a priori quel qu’il soit  est un vernis imperméabilisant l’esprit à tout échange et source d’appauvrissement collectif. Les idées irrationnelles que nous intégrons tout  au long de notre éducation,  ont ce pouvoir isolant qui nous maintient dans l’illusion des certitudes.  Il faut apprendre à vivre avec les réalités parallèles qui  font l’originalité de chacun  de nous  et…

Il y a d’abord mes motivations « externes », celles qui m’apporteront des avantages mesurables en terme de promotion, d’évolution de carrière, voire une plus grande notoriété/ Autrement dit ; je partage l’information parce que j’ai tout intérêt à le faire. Il y a aussi mes motivations internes. Celles-ci s’apparentent à des acquis en réponse à des attentes personnelles tel par exemple, un épanouissement dans ma fonction, une reconnaissance, et pourquoi pas l’approfondissement du sentiment de mon appartenance au groupe. Dans ce cas, partager me permet d’affirmer ma part de responsabilité et me permet de progresser. On ne vous le dira jamais assez,…

NE PAS : -          Dire : c’était bien, mais je parie que tu peux faire mieux -          Critiquer l’enfant plutôt que son comportement -          Menacer de perte d’affection si la performance est insuffisante -          Le menacer de punition pour échec -          Lier l’acceptation de l’enfant à sa performance -          Prendre l’échec de son enfant au premier degré. Son échec veut dire que je suis mauvais pour n’avoir pas fait ce que j’avais à faire -          Retenir son affection ou nourrir sa colère lorsque l’enfant a commis une faute -          Refaire les corvées de vos enfants (refaire le lit qu’il vient de faire)…

Les nombreux problèmes qui se posent à chacun d’entre nous et leurs conséquences sur notre avenir et celui de nos proches sont variables. Ils montrent à quel point il est nécessaire de les regarder en face, de ne pas les sous-évaluer et de nous donner le temps et les moyens de les résoudre. En règle générale, nous avons le choix entre l’analyse détaillée qui ne finit pas d’approfondir les données du problème ou nous contenter d’un examen sérieux et rigoureux avec pour objectif la recherche de solution. Sans nous en apercevoir, nous consacrons beaucoup de temps à l’analyse du problème…

On raconte qu’ un moine s’étant laissé un jour emprisonner par une pluie diluvienne. Celle-ci gagnant en intensité devient de plus en plus menaçante. Le niveau de l’eau commence à s’élever de manière significative. L’eau envahit le rez-de-chaussée du cloître et notre moine se réfugie au premier étage. Un canot de sauvetage se dirige vers lui et lui demande d’évacuer les lieux. Non répond le moine car le Seigneur me sauvera.   Alors que la tempête se poursuit, l’eau envahit le premier  étage et le moine se réfugie sur le toit. A ce moment un deuxième canot apparaît et supplie…

Dans son best seller Stephen Covey nous propose de nous imaginer un instant assistant à notre propre enterrement. Il est de coutume dans ces moments tragiques de demander à l’un des proches, les enfants en général de prendre la parole pour un dernier hommage au défunt. Qu’auriez vous aimé qu'ils disent ? » : 1. Que vous avez gagné beaucoup d’argent  durant votre vie? 2. Que vous avez passé la plupart de votre temps en déplacement  professionnel,  sans « avoir vu grandir vos enfants »? 3. Que vous aviez « peu de temps à consacer à vos proches » ? 4. Ou au contraire souhaitez vous que…

Ce n’est pas parce que vous ne partagez pas les mêmes valeurs que votre proche collaborateur que l’un des deux est dans l’erreur. Certaines personnes disent ne pas être intéressés par le mariage. Féministes ou non, elles expriment des choix et elles sont dans leurs droits. Si un autre groupe pense le contraire, il reste également dans son droit car il a fait également un choix. Ce constat ne doit pas faire oublier l’adage simpliste qui veut que lorsque l’on embarque un bâton, l’on choisit peut-être l’une des deux extrémités du bâton mais indirectement nous embarquons aussi le bout opposé.…

Tout le monde connaît l’histoire de ce couple merveilleux et amoureux jusqu’à l’extrème. Dépourvus de moyens, et pour faire plaisir à son partenaire, elle va se faire couper ses longs cheveux dorés et les vendre pour lui acheter le bracelet dont il rêve. Dans le même temps, il prend l’initiative de vendre sa montre pour lui acheter le peigne qu'elle a toujours voulu caresser. Autant échanger avant,  pour éviter les surprises ! Pierre Achard  

Close